Cinq box à vélos ont trouvé leur place à Canteleu et au Canon d’Or. Les premiers locataires vont les tester, mais à terme, la Ville compte installer d’autres box ainsi que des garages à vélos dans tous les quartiers.

Pas simple de trouver une place pour le vélo quand on n’a pas de garage ou quand celui-ci, trop étroit, oblige le cycliste à trouver une place à son deux-roues dans le hall d’entrée de la maison, quand ce n’est pas dans le salon, voire dans la chambre à coucher. L’histoire est même à dormir debout si vous ajoutez les vélos de toute la famille qu’il faut ranger dans l’ordre des départs successifs du matin.

Pour tenter de remédier à ce dilemme kafkaïen ou d’exercice de gymnastique farfelue, la Ville vient d’investir dans cinq box à vélos d’une largeur de deux mètres, 6 335€ TTC pièce.

« C’est un début », en convient Gilles Dumez, adjoint à la mobilité et aux déplacements, qui rappelle aussi qu’il y a plus de 250 arceaux en ville, qu’une cinquantaine sont en cours d’installation et qu’un projet de garage à vélos est en train d'aboutir rue Lavoisier (entrée parking salle de sport de Canteleu). « Un box ou un garage à vélo, c’est la possibilité pour les usagers d’avoir un vélo à portée de main. Un vélo garé dans la rue comme une voiture mais dans un box qui protège des intempéries et des vols, cela facilite son utilisation quotidienne, quand l’arceau à vélo est plutôt pour un usage en journée », indique l’élu.

Dans un box, on pourra mettre six vélos ! Les usagers pourront laisser leur siège enfant sur le porte-bagage.

Six fois cinq, trente

Pourquoi seront-ils d’abord installés à Canteleu et au Canon d’Or* ? Parce qu’il s’agit de quartiers où les riverains n’ont souvent pas de garage. Mais Gilles Dumez a tout un programme en tête : « En plus du garage à vélo de Lavoisier, d’autres emplacements nous paraissent capables d’accueillir des garages, plus vastes que les box, c’est le cas de l’avenue Le Nôtre, (à la place du caniparc qui pourrait être déplacé, rue Champêtre), ou encore rue Gabrielle-Bouveur ». Pour l’instant, les cinq box ne pourront contenter que trente personnes, ce n’est évidemment pas beaucoup « et la priorité sera donné à la proximité » et à ceux qui utilisent leur vélo au quotidien, même si pour le coup personne n’ira vérifier de l’usage ou du non usage, le sens civique devant l’emporter.

« Il en coûtera au cycliste la somme de 60€ d’abonnement annuel par vélo et 40 pour les vélos suspendus quand quand les garages seront équipés pour cela », c'est un coût qui ne devrait pas être rédhibitoire pour les utilisateurs, mais devrait permettre de limiter les abus. Les heureux locataires avec vue sur la chaussée devront également signer un règlement intérieur de bon usage. Ensuite tout sera une question d’enthousiasme, « marquez votre intérêt » nous dit Gilles Dumez.

Plus vous serez nombreux à vouloir glisser votre roue avant dans un confortable garage, plus la ville mettra les bouchées doubles pour satisfaire la demande. Alors, roulez jeunesse !

* Les box à vélos installés : avenue de Boufflers (angle rue Ampère) ; allée du Collège (angle rue des Martyrs de la Résistance) ; rue de Lille (près de la pharmacie); allée du Canon d'Or; avenue Pottier (à mi-distance entre les avenues Becquart et de la République).

Demander une place dans un box à vélos

Demander la création d'un box à vélos