Cet automne voit le retour des Assemblées de quartier avec de nouveaux horaires et un ordre du jour décidé par les participants. Compte rendu de la première assemblée du quartier Cessoie/Conquérants du 19 novembre.

C’est Emmanuel Magdelaine, élu de quartier qui a essuyé les plâtres de la première assemblée de quartier Cessoie/Conquérants, ferme du Mont Garin le jeudi 19 novembre. L’élu a expliqué le dispositif pour les deux heures prévues : « Un lieu où l’on s’écoute et qui s’organise en deux temps. Ici ce soir pour discuter de l’éclairage public, du terrain adapté aux gens du voyage, de questions diverses et samedi sur le terrain au Clos Saint Pierre où il y a beaucoup de projets ». une assemblée nouvelle version qui a attiré environ 80 personnes, pas mal ! Après une intro assez brève, la soirée s’est déroulée comme prévu avec un temps conséquent consacré aux questions des habitants.

Pour l’éclairage public, la question du lien entre sécurité et luminosité revient régulièrement. « Le dispositif est toujours en expérimentation mais je suis transparent sur les chiffres », a rappelé Nicolas Bouche, le maire, qui a précisé « que la police constate 1 fait de délinquance la nuit pour plus de 6 en journée ». Il n’y aurait donc aucune corrélation entre l’éclairage public et la délinquance, qui n’augmente pas. « Au contraire, la nuit gène le cambrioleur » souligne le maire. Le débat sur l’éclairage aura permis à Nicolas Burlion, conseiller délégué à cette question d’expliquer que la ville procédait au remplacement des lampes au sodium par des LED, que la principale motivation de la ville d’éteindre la nuit n’était pas économique mais de favoriser la biodiversité.

Le deuxième sujet, sur le projet d’habitat adapté, a été porté par Héloïse Gerber, adjointe à la démocratie participative. « Un projet de 11 maisons en T2 ou T3 qui correspond à des familles ayant envie de se sédentariser essentiellement pour améliorer la scolarisation de leurs enfants et qui permet à la ville de se conformer aux lois Besson de 1990 et 2000 obligeant les villes à accueillir les gens du voyage », a-t-elle expliqué. Dans un débat apaisé et constructif, le maire a aussi indiqué : « Tout le monde a intérêt que ce projet situé à l’arrière du cimetière des Ormes fonctionne, que ce soient les gens du voyage, la ville, la MEL ou la préfecture ». Dans ce sens Héloïse Gerber a d’ailleurs indiqué que toutes les familles, 33 ont candidaté, seraient sélectionnées selon leur situation financière.

Après ces deux sujets, les riverains du quartier ont posé des questions, notamment sur la police municipale, pour laquelle le maire a rappelé le souhait « de doter la ville de 20 policiers contre 12 actuellement » mais aussi de faire évoluer leur façon de travailler « en patrouillant à pied ou à vélo dans les quartiers pour mieux voir ce qu’il se passe en ville. » D’autres sujets ont été abordés comme le PLU 2, entré récemment en vigueur et qui pour certains riverains est plus contraignant quand il s’agit de vouloir faire une extension de sa maison. La soirée s’est écoulée autour de la future limitation à 30 km/h en ville, le début des travaux sur la friche Teffri ou la création de garages à vélo dans les quartiers ou dans les écoles, pour lesquels Emmanuel Magdelaine s’est engagé : « Cela se fera mais il faudra être un peu patient ».

End of slider